Photo : Manny Fortin

Eve Martel est une blogueuse et youtubeuse montréalaise. Fondatrice du blogue lifestyle TellementSwell.com, elle partage aussi ses découvertes et ses conseils de vie sur sa chaîne principale Eve Martel, ainsi que des recettes de cuisine sur Top Yummy

Récemment, elle s’est également lancée dans l’écriture avec la parution de son premier livre Tellement Swell, qui se veut comme un vrai compagnon de vie pour justement la rendre plus agréable! Discussion avec cette entrepreneuse multidisciplinaire qui sera présente, le 8 octobre à 19 h 30, à la bibliothèque Maisonneuve pour rencontrer son public.

Elle porte Hochelaga dans son coeur

« J’ai démarré mon blogue il y a 12 ans, parce que dans ce temps-là, j’étais en appartement dans Hochelaga et je cherchais à acheter une maison. J’avais parti ce blogue pour parler de mon projet et m’investir dans mon quartier, puis au fur et à mesure, c’est devenu quelque chose de plus lifestyle, raconte la jeune autrice. « J’habite dans Hochelaga depuis 1997! Honnêtement, au départ, je ne connaissais pas du tout le quartier. Il a tellement changé et évolué depuis, mais je me suis sentie chez moi dès le début. J’aimais les petits parcs et les gens, donc je ne suis jamais partie. »

C’est une évidence, Eve Martel porte le quartier dans son coeur et ne boude pas son plaisir lorsqu’on aborde sa présence à la bibliothèque Maisonneuve le 8 octobre prochain. « Je suis vraiment contente qu’on m’ait demandé ça! Je passe devant la maison de la culture tous les jours en jouant à Pokémon Go, en prenant mes marches sur la rue Ontario. Je suis fière de mon quartier, et j’essaie de le représenter le plus possible, car je trouve que c’est un vrai privilège », affirme la blogueuse. J’ai déjà été ambassadrice pour Hochelaga, et je réponds toujours présente pour en parler. Même sur mon blogue, je mets toujours des billets sur des adresses où aller travailler, les meilleurs restaurants, etc. En plus, la moitié du livre a été écrite dans un café d’Hochelaga. J’étais toujours à l’Helico en train d’écrire. »

Photo : Valérie Gay-Bessette

Du numérique au physique

Depuis la parution de son livre en avril dernier, Eve Martel a enchaîné les événements pour aller à la rencontre de son public. « Il y a un contact particulier avec le livre. Les gens viennent nous voir, puis ils aiment vraiment ça. Par exemple, j’ai fait le Salon du livre de Québec au printemps. Nous étions quelques youtubeurs qui avaient fait paraître des livres, et les éditeurs nous ont fait remarquer que nous étions les seuls à aller de l’autre côté du comptoir pour prendre les gens dans nos bras », raconte l’entrepreneuse.

Au départ, c’est la directrice des Éditions de l’Homme qui m’a approchée. Moi, à l’époque, je me disais qu’on pense tous faire un livre comme on veut partir en Espagne, mais ça ne veut pas dire qu’on va y aller un jour! Quelques mois plus tard, j’ai présenté l’idée avec un ou deux chapitres que j’avais écrits. Et à partir de là, j’ai eu deux mois pour l’écrire! J’ai eu la chance de travailler avec une bonne éditrice, qui m’a aidé à structurer, et qui m’a surtout encouragée. C’était vraiment un bon duo, et ça ne sera pas le dernier livre, c’est sûr. »

De la bienveillance partout

À l’image de son blogue, le livre d’Eve Martel se veut comme un compagnon de vie pour son public. « J’ai tellement eu de courriels de gens qui l’ont lu et qui m’ont dit que ça les avait changés et aidés comme une amie avec qui ils pouvaient parler. Ça m’a fait du bien. C’est un livre qui se veut comme un câlin; c’est quelqu’un qui veut prendre soin de toi; ce sont des chapitres qui sont très courts. Je voulais que les gens puissent le butiner, aller dedans, y revenir, avoir des réflexions. Mais ce n’est pas un mode d’emploi, je me vois plus comme une grande sœur », confie-t-elle.

Une grande soeur qui sera là pour accueillir et discuter avec les habitants du quartier. « Venez me voir, on va passer une bonne soirée. On va parler ensemble, on va échanger sur nos parcours. Ça va être une soirée qui fait du bien », affirme l’autrice. Si les gens ont besoin d’un peu de réconfort, qu’ils viennent passer un peu de temps avec moi. Ça va être chaleureux et convivial. »

Les laissez-passer sont disponibles à la bibliothèque Maisonneuve, à la
maison de la culture Maisonneuve et sur lepointdevente.com.