Légende : Ancienne villa de Luce Cuvillier devenue l’Hôtel Riverside, 1904

De 1900 à 1906, tout Maisonneuve se retrouvait l’été au parc Riverside, rue Notre-Dame. Ce mois-ci, André Cousineau, notre collègue de l’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve nous présente l’historique de ce parc aux multiples destins.

Au printemps 1900, peu après le décès de Luce Cuvillier, propriétaire de la villa Beaumont située rue Notre-Dame en face de Desjardins, un groupe d’investisseurs dirigés par John A. Hasley, manufacturier de chapeaux, achète le terrain et la villa que possédaient la défunte. Leur but est de faire de ce terrain un parc d’amusements et de se servir de la villa comme salle à manger. Le parc est inauguré le 1er juillet. Au départ, il ne comportait pas de manèges, sauf des montagnes russes les deux dernières années de son existence. On y avait aménagé une grande scène où l’on y présentait des numéros de musique et de vaudeville ainsi qu’une promenade illuminée sur le bord du fleuve. L’entrée n’est que dix sous.

Des divertissements pour tous les goûts

Au début de son existence, on lui connaît deux concurrents : d’abord le parc Viau, qui n’aura qu’un seul été d’existence en 1900, et les glissoires russes des rues Lasalle et Hochelaga qui donnent dans un grand bassin artificiel aménagé par la compagnie Dominion Ice. Cette attraction aura cours en 1900 et 1901.

En 1902, le parc Riverside passe aux mains d’un groupe de notables de Maisonneuve dont font partie Walter Reed, conseiller de Maisonneuve de 1902 à 1905, et Edmond Hardy qui dirigera l’orchestre du parc. Cette même année, on commence à projeter des « vues animées », terme de l’époque pour désigner des films. En 1903, Levie Tremblay, marchand de bois, et Thomas O’Farrell, qui vient de quitter son poste de chef de pompiers et de police, sont les nouveaux propriétaires. De 1904 jusqu’à la fermeture, Levie Tremblay sera le seul propriétaire. Il transforme l’ancienne villa de Lucie Cuvillier en hôtel et restaurant et fait installer des montagnes russes en 1905. Les deux dernières années, le gérant du parc est Albert Read, un comédien qui sera le propriétaire du premier cinéma de Maisonneuve en 1907, le Readoscope, situé en face de l’hôtel de ville de Maisonneuve.

Un rendez-vous pour l’Union française

Le parc Riverside possède un atout sur les autres parcs d’amusements de Montréal. C’est à cet endroit que, de 1901 à 1906, seront présentées les fêtes du 14 juillet. Ces fêtes, organisées par l’Union française, en présence de plusieurs milliers de personnes, donnent lieu à toutes sortes d’attractions comme des feux d’artifices, des compétitions de natation dans le fleuve, des montées en ballon et des sauts en parachute. Des orchestres à bord de yachts illuminés divertissent également les participants. L’attraction principale de ces fêtes sera cependant la reconstitution, en 1906, d’une bataille navale de 1794 entre un navire français et la flottille anglaise.

En juin 1906, plus à l’est rue Notre-Dame, ouvre un parc beaucoup plus moderne, le parc Dominion, qui attire des foules considérables dès le premier été. Le parc Riverside ne peut subir cette concurrence et déclare faillite en octobre de la même année. Pendant plusieurs mois après la fermeture, des promoteurs de boxe vont organiser des combats dans l’ancienne villa de Luce Cuvillier. En 1907, le terrain est acheté par la Canadian Spool & Cotton qui y construit son usine.