Avis aux néophytes et aux passionnés de danse! La compagnie de danse contemporaine Sylvain Émard – Danse, cherche des danseurs pour le projet du Petit Continental, qui prendra d’assaut la maison de la culture Maisonneuve à compter du 16 février 2020. Pour en savoir plus sur cet événement participatif et éclaté, nous avons rencontré Maya Daoud, codirectrice générale de la compagnie.

Le petit frère du Grand Continental

« Le projet du Petit Continental, c’est une version condensée du Grand Continental. C’est Sylvain Émard qui a eu l’idée de proposer ça, car il voulait vraiment décentraliser et aller à la rencontre de différents publics à travers la Ville de Montréal », explique Maya Daoud.

« En effet, à la base, Le Grand Continental se veut comme une œuvre à grand déploiement de danse en ligne contemporaine. En 2009, la première version mettait en scène 65 danseurs. Puis, ça a évolué et ça s’est agrandi. En 2011, c’était avec 210 danseurs, et en 2017, dans le cadre des célébrations du 375e, nous avons déployé 375 danseurs sur la scène de la Place des festivals », raconte la codirectrice de la compagnie.

« On ne s’attendait vraiment pas à une telle popularité ni que le projet s’exporte partout dans le monde, comme au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Europe et aux États-Unis. Le Grand Continental est devenu un projet extrêmement populaire, et ça permet de faire connaître la danse contemporaine à de nouveaux auditoires. C’est vraiment une participation citoyenne. »

Tous sur la même ligne

Le spectacle met en scène des danseurs de tous les âges et de tous les horizons. Il se veut un reflet de la mixité de la ville et est ouvert aux personnes de 10 à 75 ans.

« C’est arrivé d’avoir des participants plus jeunes ou plus âgés, par exemple, à Toronto, la doyenne avait 92 ans! C’est vraiment un hommage que Sylvain rend à la danse en ligne, car il est fasciné par ce travail et cette forme d’art depuis sa première rencontre avec celle-ci dans un sous-sol d’église à neuf ans, dans l’est de Montréal », affirme Maya Daoud.

C’est extrêmement rassembleur, car la danse en ligne, ça se danse partout. Toutefois, ça reste un projet qui est extrêmement exigeant quand on le présente dans sa forme intégrale. Là, on s’est dit que c’était une manière d’aller chercher un public plus diversifié, en écourtant un peu le processus d’apprentissage. »

En effet, suite aux sessions de recrutement, les répétitions s’étaleront sur un mois à raison de deux heures, deux fois par semaine, pour une chorégraphie de 10 minutes. « On cherche 50 danseurs résidents de l’arrondissement. L’audition, au cours de laquelle Sylvain parle du projet, présente un clip et enseigne la courte phrase qui doit être exécutée, dure à peu près une heure », explique la codirectrice.

« Les participants n’ont pas besoin d’avoir de l’expérience en danse, juste d’avoir un certain rythme et de la coordination. L’idée, c’est que ce soit une manière de rencontrer d’autres gens, de sortir un peu de soi, de se réapproprier son corps. C’est aussi un défi d’apprendre la chorégraphie. Il y a beaucoup d’entraide; il y a un sentiment d’appartenance qui s’installe auprès des participants. »

Un projet participatif et social

Le spectacle se divise en deux sections chorégraphiques, et pour la seconde section, les habitants sont invités à proposer un mouvement. « Sylvain Émard filme, et avec cette collection de mouvements, il crée une chorégraphie à leur image. Il y a un sentiment d’appartenance, car ils participent directement à la création de cette courte section, et au final, il y a vraiment une belle fierté qui en ressort », affirme la codirectrice.

Ce projet a vraiment un impact sur les résidents. Ça fait rencontrer de nouvelles personnes et il procure des bienfaits psychologiques et physiques à tous les participants. Ils sont vraiment contents de montrer le résultat; c’est un projet contagieux autant pour les participants que pour les spectateurs. »

Les deux séances d’information et de recrutement se dérouleront le 7 décembre à 14 h et le 10 décembre à 19 h à la maison de la culture Maisonneuve.

Par la suite, les répétitions débuteront après les fêtes, à partir du 19 janvier pour une présentation du spectacle prévue le 16 février à la maison de la culture Maisonneuve. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter la maison de la culture Maisonneuve au 514-872-2200 ou visiter le site de la compagnie de danse Sylvain Émard.