C’est du 6 septembre au 20 décembre 2016 qu’avaient lieu les séminaires de la résidence d’écriture de Joël Casséus à la bibliothèque Langelier. Projet qui se voulait dynamique et rassembleur, à l’image de l’écrivain, la résidence proposait aux usagers de plonger dans le monde de l’écriture et d’apprendre à voir la mécanique des livres autrement. Composée d’une brève conférence suivie d’ateliers d’écriture dirigés, chaque séance a permis aux participants de s’impliquer plus activement dans leurs pratiques de lecture et d’écriture.

L’écriture pour tous !

Au terme de la résidence, les écrivains en herbe ont chacun remis une nouvelle à M. Casséus, qui prendra soin de les rassembler dans un recueil, lequel sera publié et rendu disponible au grand public. Un projet concret sur lequel les participants ont pris grand plaisir à travailler. Pour Benoît Desgreniers, bibliothécaire, le recueil représente « […] une idée très tangible qui permet de laisser une marque et représente bien la nouvelle vision des bibliothèques modernes. » En effet, pour lui, la résidence d’écriture de l’automne 2016 incarnait bien cette idée de « […] lieu de rassemblement où les gens vont s’approprier la littérature et partager cette passion avec d’autres. En ce sens, Joël représentait vraiment ce mandat de rassembler des gens qui ne se connaissaient pas et de les réunir. Le recueil en sera le témoin. »

Même son de cloche du côté des participants, qui ont trouvé l’écrivain généreux, disponible au-delà de toute attente. Pour Francine Vincent, participante assidue, « la résidence d’écriture de Joël a été un immense cadeau. » Emerance Gascon-Afriat, plus jeune participante de ce groupe hétéroclite, témoigne de l’ouverture d’esprit contagieuse de Joël Casséus : « La manière dont il animait les ateliers faisait en sorte que les échanges se poursuivaient ensuite entre les participants, c’était très animé. Il est très enthousiaste et très allumé, et nous entraînait dans son enthousiasme lorsqu’il s’enflammait. »

« Ce qui a été très intéressant de l’approche de Joël, ce fut son accessibilité. Il a su animer le groupe de manière très conviviale et très démocratique », conclut Benoît Desgreniers.

À la fin de la résidence, les participants avaient reçu un important bagage à la fois théorique et pratique. La construction des séminaires ayant favorisé l’intégration des connaissances et l’acquisition d’un savoir concret. Les participants sont unanimes, la résidence leur a réellement permis de transformer leur manière de lire et d’écrire. Pour Louis-Philippe Durocher, ce type d’initiative est précieux : « La bibliothèque est le chemin naturel vers l’écriture. C’est donc tout naturel de se tourner vers ces lieux de culture lorsque l’on aime écrire, encore plus dans le cadre d’une activité comme la résidence de l’automne dernier. Cette activité gratuite, c’est un maillon qui m’a permis d’aller à la rencontre de gens avec qui je partageais des intérêts. Ça fait de la bibliothèque un réel agent d’animation sociale. »

« Ça a été une saison de cours qui en valait une année entière tellement nous avons appris, tellement il y avait de matériel dans les cours de Joël », souligne un autre participant. Francine Vincent, quant à elle, remarque les bienfaits durables de la résidence, « Actuellement, je cueille les fruits de tout le travail que nous avons fait. Lorsque j’ai commencé, je ne pensais jamais arriver à écrire une nouvelle, et pourtant, j’y suis parvenue. Le goût d’écrire m’est revenu comme une grande vague et je participerais encore à ce genre d’atelier… mais c’est sûr qu’après Joël… la barre va être haute! »

En définitive, il s’agit d’une belle preuve de succès pour cette initiative qui a fait la preuve que l’écriture était pour tous!