Station Vu, le ciné-club Caserne 45 ainsi que les maisons de la culture Maisonneuve et Mercier s’unissent pour mettre en lumière le cinéma d’auteur d’ici et d’ailleurs. Ces organisations rêvent que Mercier–Hochelaga-Maisonneuve devienne un arrondissement phare du cinéma d’auteur. Ce partenariat a un nom original : Porc-épic – Le cinéma qui démange.

« Porc-épic, ce n’est pas seulement un événement, c’est aussi un partenariat. Le lancement a lieu le 24 mai et l’événement se poursuit jusqu’au 28 mai avec des activités qui font écho au Gala Québec Cinéma. On veut également proposer des événements à l’année et pas seulement sur le cinéma québécois », explique Fleur Zambaux, chargée de projet pour Porc-épic.

Il aura fallu quelques remue-méninges pour que le nom du collectif émerge, raconte Mme Zambaux: « C’est chouette quand il y a des titres un peu abstraits, pas forcément évocateurs. Pour que ce soit plus parlant, on a ajouté « Le cinéma qui démange ». Ça correspond pas mal au type de cinéma proposé par Station Vu et Caserne 45. C’est un cinéma qui pique, qui picote, qui questionne, qui interroge. Un cinéma qui n’est pas lisse, sans être rugueux non plus. Notre porc-épic est quand même assez doux ! »

Le premier rendez-vous Porc-épic se tient du 24 au 28 mai, aux maisons de la culture Maisonneuve et Mercier, de même que chez Station Vu. La porte-parole de l’événement est l’actrice Emmanuelle Lussier-Martinez, finaliste pour deux prix Iris d’interprétation au Gala Québec Cinéma, l’un pour le film Les mauvaises herbes et l’autre pour Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau.

La porte-parole Emmanuelle Lussier-Martinez. Photo par Annie Ethier.

Fleur Zambaux explique que l’actrice a été choisie comme porte-parole pour son grand talent : «Emmanuelle Lussier-Martinez incarne une nouvelle génération d’acteurs protéiformes et engagés. Nous avons été touchés par son jeu! »

Le public pourra ainsi voir ou revoir Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau, ainsi que Les mauvaises herbes. Emmanuelle Lussier-Martinez sera disponible pour discuter avec le public après la projection des longs métrages.

En tout, 25 films finalistes au Gala Québec Cinéma 2017 seront présentés. Des longs et des courts métrages, des films coups de coeur qui méritent d’être mis en valeur, dit Mme Zambaux: « Ce sont des films singuliers, souvent des oeuvres d’art cinématographiques. Certains films ont eu une vie limitée sur grand écran. Porc-épic offre la chance de les voir ou de les revoir. On veut donner plus d’ampleur à ce cinéma pour qu’il puisse toucher le public le plus large possible. On veut bonifier l’offre et rendre ces films plus accessibles. » Juste la fin du monde, de Xavier Dolan, 1:54 de Yan England, Boris sans Béatrice de Denis Côté et Embrasse-moi comme tu m’aimes d’André Forcier font partie des films sélectionnés.

Le premier événement Porc-épic – Le cinéma qui démange réunira cinéphiles et artisans du cinéma (acteurs, réalisateurs, scénaristes entre autres). Le chroniqueur cinéma de ICI Radio-Canada, Michel Coulombe, animera des discussions à la maison de la culture Maisonneuve, dont une avec Mylène MacKay, interprète de Nelly Arcand dans Nelly et Karl Lemieux, réalisateur de Maudite Poutine. Le réalisateur de Cyclotron, Olivier Asselin, ainsi que l’équipe du film Prank participent aussi à la fête.

Les partenaires de Porc-épic – Le cinéma qui démange invitent le public au cocktail de lancement, le mercredi 24 mai, de 17 h à 19 h, devant Station Vu. Ce sera l’occasion de lever un verre à la santé du cinéma d’auteur québécois et de souhaiter longue et heureuse vie à Porc-épic.

Consultez l’événement Facebook de Porc-Épic par ici.

Crédit photo principale: Yannick Grandmont