Notre collaboration mensuelle avec l’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve se poursuit, et ce mois-ci nous abordons le sujet du patrimoine religieux de l’arrondissement. M. André Cousineau, auteur de ce survol historique, nous parle des nombreuses églises de quartier et invite d’ailleurs ceux qui souhaitent en savoir plus à se procurer ce livre:

 

Jama, Sidham, Montréal: un patrimoine religieux à découvrir, Ulysse, Montréal, 2017

Ce livre, publié récemment, invite les Montréalais et les touristes à (re)découvrir le patrimoine religieux de notre ville. L’arrondissement s’illustre par 9 lieux de culte en plus du Studio Nincheri. Laissez-vous entraîner dans ces havres de paix à l’architecture qui vaut plus qu’un coup d’œil. Le livre est abondamment illustré et nous résume de façon concise les informations essentielles sur chaque lieu de culte.

Hochelaga

La Nativité (rue Ontario, angle St-Germain) : première paroisse d’Hochelaga, l’église s’illustre par son style romano-byzantin et surtout par sa frise monumentale de 324 personnages de Carli et Petrucci et 14 verrières de Guido Nincheri. On aménagera cette année, devant l’église, la place du 375e de Montréal.

Très-Saint-Rédempteur (rue Adam, angle Joliette): sa renommée provient des cinq verrières de Guido Nincheri et d’un orgue à traction mécanique de Karl Wilhem.

Maisonneuve

Ancienne église Saint-Mathias-Apôtre (rue Adam, angle d’Orléans): on salue l’abondante fenestration qui illumine le lieu naturellement; rappelons que cet édifice abrite le Chic Resto Pop.

Très-Saint-Nom-de-Jésus (rue Adam entre Desjardins et Lasalle): inaugurée en 1906, elle se démarque par sa façade de style Beaux-Arts, la décoration de Toussaint-Xénophon Renaud, la fresque des Apôtres de Georges Delfosse et l’orgue (1915), un des chefs-d’œuvre de Casavant.

 

Saint-Clément (rue Adam, entre St-Clément et Viau): sa façade de style néo-roman est particulièrement intéressante.

 

Studio Nincheri : situé au 1832, boulevard Pie-IX, dans une résidence qui appartenait aux frères Dufresne, l’atelier a servi au maître-verrier Guido Nincheri et à sa famille de 1925 à 1996. Le Musée Dufresne en a fait l’acquisition. La visite permet de comprendre les différentes étapes de la fabrication d’une verrière.

Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle (angle Pie-IX et Hochelaga); deuxième église construite entre 1963 et 1965, l’édifice a remporté en 1967 un premier prix d’architecture du Conseil national d’esthétique.

Mercier

Saint-François-d’Assise (angle Georges-Bizet et La Fontaine): sixième lieu de culte si l’on compte la première chapelle datant de 1719, cette église, bâtie en 1966, est construite en forme de petit bateau pour rappeler la présence du fleuve. On remarquera le puits de lumière qui éclaire le chœur et les stations du chemin de croix, œuvre de Jordi Bonet.

Sainte-Louise-de-Marillac (rue Sainte-Claire, entre de Bruxelles et Honoré-Beaugrand) : cette église surprend par son pignon entièrement en verre et son clocher latéral de forme carrée. Elle ne comporte pas de vitraux, mais baigne dans une douce lumière.

Sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs (rue Sherbrooke, angle Bossuet) : autrefois un vaste complexe religieux et spirituel érigé par les pères Montfortains et comprenant entre autres une maison de retraite et une librairie religieuse (aujourd’hui fermées), le Sanctuaire demeure encore aujourd’hui un lieu propice à la réflexion.