Le quatrième film du réalisateur Luc Picard, Les rois mongols, promet une immersion dans le Montréal de 1970 alors plongé en pleine crise d’Octobre. Adapté du roman Salut mon roi mongol de Nicole Bélanger, le scénario s’intéresse à Manon, une jeune fille de 12 ans qui, à la suite de la maladie de son père, court le risque d’être placée en famille d’accueil, loin de son petit frère Mimi. Avec la complicité de ses cousins Denis et Martin, Manon décide de kidnapper une vieille femme avant de fuir la ville. Rien ne se passe comme prévu et, au fil des péripéties de ces personnages, on découvre une aventure parsemée de tendresse et de courage.

Luc Picard, qui a repris du service derrière la caméra pour un tournage de 35 jours à Montréal et en Montérégie, a commencé les grands préparatifs en novembre dernier. À la fois séduit et touché par le scénario remis par les producteurs Luc Châtelain et Stéphanie Pages d’Écho Média, le réalisateur de L’audition, Babine et Ésimésac s’est servi du contexte sociopolitique des années 1970, au Québec, pour y camper son décor.

De son propre aveu, c’est la toute première fois qu’il travaille étroitement avec des enfants au cinéma. Picard s’est ici entouré de Milya Corbeil-Gauvreau, Anthony Bouchard, Alexis Guay ainsi que de son fils Henri Picard, auxquels s’ajoutent de grosses pointures telles que Maude Laurendeau, Sophie Cadieux, Julie Ménard et Jean-François Boudreau, pour la réalisation de ce film où nous pourrons reconnaître certains lieux de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Distribué par Téléfilm Distribution, la sortie du film Les rois mongols est prévue pour l’automne 2017.