On connaît bien le Dr Julien pour son rôle de pionnier en matière de pédiatrie sociale au Québec, notamment grâce à la Fondation du Dr Julien, mais connaissez-vous l’artiste derrière? Ce grand homme nous offre, du 20 novembre au 17 décembre, une toute nouvelle exposition à la maison de la culture Maisonneuve. Nous avons discuté avec lui pour en savoir plus sur ses sculptures et sa démarche artistique !

C’est lors d’un voyage chez les Inuits dans la baie d’Hudson et la baie d’Ungava que le docteur a découvert sa passion pour la sculpture. « J’étais impressionné par les sculpteurs inuits. Ils n’avaient pas de gros outils, que des limes, des couteaux. C’est leur capacité à capter le mouvement, surtout des animaux, ou des scènes de chasse et de pêche, qui m’a fasciné », raconte-t-il. Depuis ce temps, il a continué de se perfectionner en suivant des cours plus près de chez nous. « J’essaie toujours, maintenant, de donner ce mouvement à la pierre. J’y ai trouvé mon plaisir et une forme d’expression qui m’intéressait. »

Si l’influence de l’art inuit était très présente dans sa première exposition, celle-ci sera légèrement différente. « C’est un peu comme la deuxième étape dans mon cheminement en sculpture. Cette fois-ci, les pierres sont plus colorées, pas juste grises ou noires. » En effet, les nuances et les coloris des différents matériaux, notamment la pierre à savon, ont grandement inspiré le docteur pour les oeuvres qu’il présente cette fois.

« Si, au début, je voulais juste provoquer un mouvement, maintenant j’ai commencé à laisser passer de la lumière dans la pierre », explique le docteur. Parfois transparentes ou avec des ouvertures, les pierres invitent l’observateur à leur donner un sens. « Je ne donne jamais de titre à mes oeuvres. J’ai envie de laisser le spectateur voir ce qu’il veut dans la pierre », continue-t-il, en nous avouant qu’on peut y voir des personnages un peu flous et libres à interprétation.

L’art de la médecine

Y aurait-il un lien à faire entre l’art du Dr Julien et son travail ? Absolument, selon ce dernier. « En explorant la façon dont j’allais présenter ma première exposition, mes collègues m’ont posé la question et c’est là que j’ai découvert le lien. Quand j’approche un enfant, il faut que je l’apprivoise, que j’apprenne à le connaître, et c’est un peu le même type d’approche que j’ai avec les pierres. » Si, au départ, elles sont brutes et inconnues, avec le temps elles finissent par se dévoiler et c’est là que la création survient.

La sculpture est même un peu thérapeutique pour celui qui travaille constamment avec des enfants vivants toutes sortes de souffrances. « La pierre me permet de dégager beaucoup de ces émotions que je dois cacher avec les enfants. Quand on veut comprendre leurs souffrances, on se laisse guider. En les écoutant, il y a un lien très étroit à faire entre ce travail et la sculpture. »

Pour le Dr Julien, la médecine et l’art sont également liés lorsqu’il pratique son travail. « Pour qu’un patient puisse avancer et se développer, il faut écouter, observer et créer avec lui. Les meilleurs médecins sont aussi des artistes. » Ce n’est pas tout de comprendre la maladie et les symptômes, selon le docteur. Moins la médecine s’intéresse à l’art, moins elle est efficace.

L’exposition « Gilles Julien – Un pédiatre et un artiste à l’écoute » sera présentée du 20 novembre au 17 décembre dans le foyer de la maison de la culture Maisonneuve. Le vernissage de l’exposition aura lieu en formule 5 à 7 le 22 novembre. Ce sera l’occasion de découvrir ses oeuvres imprégnées d’amour et de communication. Tous les détails ici.