Cet automne à la bibliothèque Hochelaga, la designer Judith Portier tiendra trois ateliers liant le design et l’architecture pour les tout-petits et les enfants, intitulés «Un livre sur la tête». Nous l’avons rencontrée pour discuter des avantages d’initier les enfants aussi tôt que possible à cette discipline.

24-judith-portier_mg_3926

crédit photo: Mathieu Rivard

Les ateliers, qui comprendront une visite architecturale et une construction de maquette (qui demeurera dans la bibliothèque par la suite), porteront sur le bâtiment même de la bibliothèque Hochelaga. « C’est un bâtiment assez particulier dans le quartier, donc on veut le faire découvrir aux enfants, indique la designer. Je trouvais que tout est un bon prétexte pour [les] sensibiliser [au design]. Pour moi, il faut juste éveiller les enfants à leur environnement. »

Le but avoué de l’atelier n’est évidemment pas de transformer tous les jeunes participants en designers, mais plutôt de leur faire passer un bon moment et d’allumer leur curiosité envers les objets et les bâtiments qui les entourent. « Pour moi, la curiosité amène la créativité, et c’est ça le moteur de tout. Peu importe le métier que tu fais, si tu arrives à être créatif, débrouillard, ça fait des individus plus allumés, des gens plus sensibles, plus conscients, résume-t-elle. Initier les enfants au design, si juste par ça on peut en faire des individus créatifs, ça va leur servir dans la vie, quoiqu’il arrive. »

mtm3mjc2mte0mzu1mtayodg4

crédit photo: Jean-Michael Seminaro

Pour y parvenir, Mme Portier compte se servir du jeu, une notion déjà très présente dans son travail. « Je trouve que l’aspect ludique rend les choses accessibles, rend les choses belles, rend les choses le fun. Pour moi, [le design] a toujours été une démarche autant conceptuelle qu’esthétique », ajoutant que d’avoir du plaisir dans le processus facilite les échanges. « Cet aspect ludique facilite beaucoup, à mon avis, l’implantation de différents projets. Quand les gens s’amusent, c’est la clé. » Inutile de préciser que les enfants présents seront d’accord avec elle !

Pour Mme Portier, fondatrice de la firme Design par Judith Portier, le premier contact avec sa discipline remonte au primaire, lorsqu’elle avait dû inventer un objet pour un projet d’école. La fillette choisit de réaliser une « confitureuse », soit une machine qui étend de la confiture sur les tranches de pain rôties et qui les coupe ensuite en quatre. « C’était quand même assez complexe pour une enfant de dix ans », se remémore-t-elle, ajoutant qu’elle n’avait utilisé que des matériaux qui traînaient chez elle, et que le produit final, bien que bancal, fonctionnait. « J’ai exploré quelque chose, je suis allée au bout de mon idée, et je me rappelle avoir été fière. »

« Quand t’as une idée en tête, tant que ça reste dans ta tête, ça reste une idée, mais dès que t’es capable de la montrer, de la faire, de la prototyper en gros, ça devient réel. » Un constat qu’elle souhaite communiquer aux participants de son atelier et qui lui sert tous les jours dans sa vie professionnelle. « De [simplement] essayer et de faire avec ce qu’on a sous la main, ça me parle, parce que je détourne beaucoup de matériaux dans mes projets. Des fois on a des petits budgets et on fait des petits miracles avec ce qu’il y a à la quincaillerie. C’est juste parce qu’on ose et qu’on essaie. »

D’autres designers interrogés partagent l’enthousiasme de Judith Portier à propos des bienfaits de la sensibilisation au design et à l’architecture pour les enfants. Voici ce qu’ils en disent.

Anne-Marie Laflamme et Catherine Métivier d’Atelier b, designers de mode

atelierb_7934-1

crédit photo: LM Chabot

« Initier les enfants au design, ça permet de développer leurs goûts et leur sens critique. Ça contribue à leur donner des outils pour exprimer pourquoi ils aiment certaines choses plus que d’autres. C’est aussi intéressant de les laisser participer au processus de design, ça les habitue à être créatifs même avec des contraintes. »

Catherine Ouellet-Cummings et Julien Boisseau de L’abricot

mtm3mjc2mtiwntm2otgynjk2

crédit photo: Jean-Michael Seminaro

« Les enfants (comme nous d’ailleurs) sont bombardés d’images au quotidien. En les initiant aux arts graphiques – et aux arts visuels en général -, ils développent un regard plus critique par rapport à ce qu’ils voient, autant pour le contenu que pour l’esthétique. Mais cela est aussi vrai pour le design dans son ensemble : on est entouré d’objets, de meubles, de jouets, etc. C’est intéressant de discuter de leur conception, de leur forme et de leur fonction avec les enfants (ils ont souvent toutes sortes de choses intéressantes à dire là-dessus), dans l’espoir qu’ils feront des choix plus conscients plus tard. Bon, c’est plus facile à dire qu’à faire (on ne se cachera pas que certains jouets de plastique aux couleurs vives ont quelque chose de très attirant, même s’ils sont peu intéressants au final), mais au moins, ça provoque des discussions et favorise la réflexion! »

Natacha Castonguay, fondatrice de Nanoukiko et Nanoutriko

natacha-castonguay_nanoukiko-triko_a-la-mode-montreal-2

crédit photo: Natacha Castonguay

« Je pense qu’il est très pertinent de mettre les enfants en contact avec le design et l’art, dès leur plus jeune âge. En fait, nous y sommes souvent confrontés au quotidien et en encourageant ces contacts, en les provoquant, on développe assurément la curiosité et la créativité des petits. Les enfants sont déjà capables de trouver des solutions inusitées et créatives à des problèmes simples ou plus complexes et en leur montrant que ces solutions créatives peuvent s’avérer les meilleures tout au long de leur développement, on peut certainement les aider à avoir un esprit plus ouvert et à développer une façon de penser où tout est possible. »

Un livre sur la tête – Projet d’animation avec Judith Portier à la bibliothèque Hochelaga

Samedi 15 octobre – 13 h 30: Visite architecturale commentée (pour tous) suivie de l’atelier 1 – Conception d’une maquette pour les enfants de 7 à 12 ans (inscription requise)
Samedi 22 octobre – 11 h 00: Heure du conte (pour tout-petits) suivie de l’atelier 2 – Fabrication des personnages de la maquette
Samedi 22 octobre – 13 h 30: Atelier 3: Finition de la maquette pour les enfants de 7 à 12 ans ans (inscription requise)
Samedi 22 octobre – 15 h 00: Vernissage (pour tous)

Ce projet d’animation est réalisé dans le cadre du Programme de soutien des bibliothèques pour la sensibilisation des citoyens à l’architecture et au design, une initiative du Bureau du design de la Ville de Montréal rendue possible grâce au soutien du ministère de la Culture et des Communications du Québec dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

DM-Logo_K3_p6