Pour une douzième année, Petits bonheurs, le rendez-vous culturel pour les tout-petits revient dans l’arrondissement qui l’a mis au monde et l’a vu grandir. Nous avons rencontré le chanteur et ténor Marc Hervieux pour discuter de la nouvelle édition, d’enfance et de l’importance de la culture.

2015_petits_bonheurs_-_lancement_014_Michel Pinault

crédit photo : Michel Pinault

« Je pense que c’est important de sensibiliser les jeunes, très jeunes et les tout-petits à la culture, dès la petite enfance » affirme le porte-parole, convaincu que cette exposition crée une ouverture sur le monde. À preuve, plusieurs parents qui, chaque année, lui « disent à quel point ils ont vu l’émerveillement dans les yeux de leurs enfants, et dans l’ouverture à la culture, le besoin et la demandent après. »

Car si le festival vise surtout un public de 0 à 6 ans, l’événement ne laisse pas en reste les parents qui les accompagnent. Conférences, ateliers, spectacles : « On constate que c’est un moment familial important, ce festival », qui permet de tisser davantage de liens entre les parents et les enfants. Les activités pour les professionnels (stage, résidence) permettent aussi de donner des ailes à de jeunes (et moins jeunes) créateurs pour la petite enfance.

2015_mise_en_lecture-_mots_de_jeux_021_Michel Pinault

crédit photo : Michel Pinault

S’impliquant avec le festival depuis au moins dix ans, Marc Hervieux en est porte-parole officiel depuis 2010. Pour lui, il est primordial de redonner au quartier qui l’a vu naître. Alors qu’il revient chaque année dans Hochelaga-Maisonneuve pour donner un spectacle de chant classique, il se dit chaque fois fasciné par l’enthousiasme des gens du quartier. «On a des préjugés du quartier sur les envies ou les intérêts culturels des gens, mais quand on va et qu’on leur propose des affaires, et que les salles sont pleines, que les gens viennent et sont contents d’avoir été là, et qu’ils nous le disent, on se rend compte que c’est effectivement des préjugés. »

Alors que l’accent est souvent mis sur l’importance de la santé lorsqu’il est question de l’enfance, Marc Hervieux est d’avis que « la culture fait partie de la santé aussi », favorisant l’épanouissement et une bonne santé mentale.

Pour Petits bonheurs, l’accessibilité est primordiale, notamment par le biais du prix peu élevé des billets. Toutefois, malgré ce souci, certaines familles ne peuvent tout de même pas s’en permettre l’achat, et c’est pourquoi la formule Billets du bonheur revient cette année. « C’est une forme de subvention, de mécénat » qui est très appréciée, commente Marc Hervieux. Les gens sont donc invités à acheter des billets au coût fixe de 9$, qui seront redistribués dans des écoles et des groupes communautaires du quartier pour permettre aux jeunes de milieux défavorisés d’aller voir les spectacles.

Au niveau de la programmation, comme à son habitude, le festival reçoit des invités internationaux de qualité. La France sera doublement représentée, avec ACTA et Le fil rouge théâtre, qui présentent respectivement L’Avoir! Ode chantée au savon et Enchantés. De l’Italie, les tout-petits pourront découvrir Che sì che no de la troupe Drammatico Vegetale, ou encore la production belge Le grand rOnd, une création de La Berlue. « On est super fiers, parce que ça ouvre l’horizon des jeunes sur ce qui est fait ailleurs, et sur la façon de faire les choses ailleurs » raconte le porte-parole, heureux de la diversité de la programmation, qui trouve son équilibre entre audace et valeurs sûres. « Je pense que des fois, on sous-estime la curiosité du public. Je pense qu’il faut leur offrir des choses qui sont moins courantes, mais qui vont leur ouvrir des horizons. »

2015_la_minuscule_-_dominique_leroux_033_Michel Pinault

crédit photo : Michel Pinault

Avec les années, le festival Petits bonheurs a réussi à se forger un solide réseau à travers la province pour faire voyager sa programmation en dehors du quartier. Cette année, c’est l’Abitibi-Témiscamingue qui se joint aux arrondissements de Pierrefonds-Roxboro et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et aux villes de Blainville, Laval, Longueuil, Repentigny, L’Assomption, Joliette, Trois-Rivières et Sherbrooke, en plus de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Comme le résume si bien Marc Hervieux, du 6 au 15 mai 2016, « c’est un rendez-vous pour les grands et petits, surtout les petits. »