Chloé Sainte-Marie donne un second souffle aux soirées de Potluck littéraire en s’établissant en plein cœur de l’arrondissement de MHM, à la maison de la culture Maisonneuve. Tout le monde est invité à se joindre aux trois prochaines veillées, à condition d’apporter un plat à partager!

Ce qui fait vibrer le répertoire de Chloé Sainte-Marie, ce sont les nombreux poèmes qu’elle y chante. Depuis toujours, elle croit au pouvoir infaillible et rassembleur des strophes. « On ne peut pas imaginer comment les gens aiment la poésie, nous raconte-t-elle, lorsque jointe au bout du fil. On dit que c’est le parent pauvre des médias, que les gens sont craintifs à lire de la poésie, mais ce n’est pas vrai. On sous-estime à quel point les gens aiment la poésie profondément. »

Conjointe, muse et aidante du défunt cinéaste Gilles Carle, Chloé Sainte-Marie était aux premières loges de toute la puissance de la poésie. « Les personnes en perte d’autonomie, ce qu’ils ont besoin, c’est de mots. Ils ont besoin de personnes qui viennent lire pour eux. Gilles n’était plus capable de lire à la fin, donc le poète Alexis Lapointe, que j’ai chanté, venait lui lire des poèmes. Quand on perd son autonomie et qu’on perd sa concentration pour lire, on a besoin d’entendre des mots. Pas n’importe quoi, de la poésie. »

Potluck littéraire : consommer des mots, des mets et du vin !

Elle a donc mis sur pied en 2010 des soirées qu’elle intitule dès le départ Potluck littéraire, où professionnels et amateurs de poésie peuvent se rencontrer et consommer des mots autour un bon plat et d’un doux verre de vin.
« C’est vraiment l’association des mots, nourriture spirituelle, et de la nourriture à proprement parler. On allie ces deux-là en une fête incroyable. Il y a moi qui chante, une chorale, les poètes, et c’est un grand partage. On fait même la vaisselle ensemble, comme dans les familles dans le temps! » Chloé Sainte-Marie occupe le rôle d’animatrice pour introduire la soirée et chacun de ses invités tour à tour.

Bien qu’elle ait déjà tenté l’expérience, Chloé Sainte-Marie n’est pas friande de faire de ces soirées des veillées à micro ouvert. « Maintenant qu’on présente deux poètes, on ne peut pas faire une heure de micro ouvert. Les gens s’en vont. » Elle laisse plutôt place à la découverte de talents poétiques de chez nous.

Lors de la soirée du 20 mars à la maison de la culture Maisonneuve, les poètes Sylvain Rivard et Laurie Bédard viendront nous faire vibrer par leurs mots. « Ce sont des univers, des générations différentes. Les Potluck, c’est libre. Le poète est poète de naissance, à mon avis. Ce n’est pas une question d’âge. »

« On mange, on parle, on boit, on s’amuse, mais quand on commence le récit du poème, il faut écouter. Et c’est une écoute sacrée. Le poème commande le silence, comme un curé à l’époque. »

Là où la poésie ira

Au fil des années, les Potluck littéraires ont adopté plusieurs visages. D’abord dans une salle d’exposition puis dans un restaurant, c’est maintenant à la maison de la culture Maisonneuve qu’ils prendront place, un lieu tout à fait adapté aux besoins, selon la chanteuse. « On a l’éclairage, on a le son. Le 20 mars, ce sera notre première soirée bien mise en espace. Ce sera vraiment le résultat auquel on aspire depuis 2010. »

Les bases resteront toutefois les mêmes : pour payer son entrée, chacun doit apporter un plat à partager avec le reste de l’assemblée constituée d’une centaine de personnes, puis s’ensuit une soirée de rencontre avec l’autre où la poésie est le liant. « On mange, on parle, on boit, on s’amuse, mais quand on commence le récit du poème, il faut écouter. Et c’est une écoute sacrée. Le poème commande le silence, comme un curé à l’époque. » Chloé Sainte-Marie tient à rassurer ceux qui n’aiment pas cuisiner : une tourtière achetée à l’épicerie vaut tout aussi bien son entrée qu’une tourtière faite maison.

Ça ne veut pas dire toutefois que les Potluck littéraires se tiendront à tout jamais à la maison de la culture. Dans un monde idéal, c’est dans les librairies que Chloé Sainte-Marie souhaiterait que les veillées se transportent pour que les gens soient « entourés de livres ». Sinon, elle avance qu’elle rêve de les présenter dans des maisons privées.

Il faut donc en profiter pendant que les Potluck littéraires sont encore par chez nous!

Trois soirées s’offrent à nous pour l’instant :

  • le 20 mars en compagnie de Sylvain Rivard et Laurie Bédard
  • le 24 avril avec Denise Desautels et Michaël Trahan
  • le 22 mai en présence de Marc Séguin et Madeleine Gagnon (à confirmer)

Il est interdit d’apporter de l’alcool puisqu’il y a un bar sur place. Un plat à partager par personne suffira.