Depuis plusieurs années, l’Académie Dunton tient une résidence d’artiste qui s’échelonne sur quelques semaines. En parallèle avec le travail de l’artiste invité pour l’occasion, les élèves de l’école doivent mettre sur pied une série de projets artistiques, sous une thématique précise, afin de produire des oeuvres qui seront ensuite exposées. L’émerveillement est le fil conducteur de l’exposition actuelle qui a lieu à la maison de la culture Mercier jusqu’au 10 juin.

« Le but, c’est vraiment que les élèves puissent s’approprier le travail d’un artiste, voir ce travail et bien comprendre une démarche », explique l’enseignante d’arts plastiques et multimédia à l’Académie, Amélie Bernard. Et c’est l’artiste-peintre Os Canes, de son vrai nom Roxane Lessard, qui s’est vu offrir l’occasion de côtoyer les élèves durant six semaines. Le projet mobilise les jeunes de tous les cycles, ce qui en fait environ 200 par année. « C’est une artiste que je connais parce que je suis son travail sur les réseaux sociaux, raconte Amélie. Donc, je l’ai abordée et ça lui a fait très plaisir. »

Travailler de manière cohérente

C’est dans le Parc de la Gorge de Coaticook, durant le parcours nocturne Foresta Lumina, qu’est née la thématique qui a servi de ligne directrice. « On avait envie d’aller chercher la capacité des élèves de trouver du merveilleux dans le quotidien ou de découvrir de nouvelles choses, note Amélie. De ce spectacle multimédia, en forêt, avec des projections et du son, les élèves en sont ressortis justement émerveillés. » Selon l’enseignante, le travail de Roxane Lessard fait écho à cette volonté, à cause de son côté évanescent.

La thématique est volontairement large pour permettre l’éclosion de plusieurs projets conçus sur une plus longue durée. « L’émerveillement, c’est ce qui relie l’ensemble des projets sur l’année pour qu’on ait une cohésion rendue à l’exposition, affirme Amélie. Comme l’artiste est là seulement six semaines, c’est difficile de faire des projets en accéléré en lien avec son travail. » Chaque classe aborde ainsi de façon unique le travail de Roxane Lessard. Par exemple, une des cohortes s’est lancée dans l’étude de la main, un élément récurrent dans les tableaux de l’artiste.

Puiser dans l’émotion

S’inspirant de la notion de dualité, Roxane Lessard a une démarche éthérée et très sensible. « J’essaie de représenter des moments humains ou des émotions que les mots ne peuvent pas nommer, c’est vraiment la phrase la plus descriptive de ma démarche, confie-t-elle. Et c’est aussi la rencontre entre l’équilibre parfait et le chaos. Il y a deux opposés qui se rencontrent tout le temps. » Elle avoue avoir ressenti de l’appréhension face à cette résidence. Une peur de la réaction des élèves face à sa démarche.  « J’espérais que les élèves se sensibilisent à ce que je faisais et qu’ils essaient d’aller au-delà de ce qu’ils voyaient », avance-t-elle.

Les oeuvres Là-haut et La dernière fleur de l'artiste Os Canes ( Roxanne Lessard)

Les oeuvres Là-haut et La dernière fleur de l’artiste Os Canes ( Roxane Lessard)

Cette expérience est aussi basée sur l’échange afin de créer un rapprochement entre les artistes et les jeunes. Pour Roxane Lessard, cette sensibilisation est extrêmement importante en milieu éducatif. « C’est une espèce de libération, croit-elle. L’art, évidemment, c’est important pour la vie. Je trouvais ça intéressant de leur montrer que c’était essentiel d’avoir une opinion, d’oser interpréter quelque chose, car toutes les réponses sont bonnes. »

L’acte d’exposer

Cette exposition est une belle reconnaissance pour les jeunes impliqués. L’occasion de voir ses œuvres dévoilées au grand jour n’est pas chose courante. « Voir son travail avec un éclairage approprié, dans un cadre, à côté du travail d’un artiste, c’est absolument autre chose, soutient Amélie.  Avec peu de moyens, on constate toute la portée du travail qui a été réalisé. Je trouve ça important que ce qui est fait en classe soit reconnu. »

Pendant les prochaines semaines, les créations authentiques des élèves de l’Académie Dunton se retrouveront donc aux côtés des œuvres d’Os Canes, une rencontre artistique générationnelle et inédite.

Émerveillement

2 mai au 10 juin
Maison de la culture Mercier – Hall d’exposition
Entrée libre