École pour filles – Source, La Patrie, BAnQ

Alors que l’on vient de souligner le 100e anniversaire de l’annexion de Maisonneuve le 9 février dernier, il est important de souligner l’œuvre de l’architecte Charles-Aimé Reeves. Dans le cadre de notre collaboration avec l’Atelier d’histoire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, notre collègue André Cousineau nous présente le travail de l’architecte qui a façonné à sa manière le paysage urbain de l’arrondissement MHM tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Crédit: AHMHM

Crédit: AHMHM

Charles-Aimé Reeves est né à Pointe-aux-Trembles le 5 mars 1872. Il étudie d’abord à l’Académie St-Joseph de ce village puis, de 1890 à 1893, à l’Académie commerciale de Montréal. Il désire devenir architecte, mais il n’existe pas d’école d’architecture à Montréal. L’Association des architectes de la Province de Québec est fondée en décembre 1890. C’est cette association qui va chapeauter la profession d’architecte. Elle impose deux séries d’examens : un premier pour être admis à titre de stagiaire et un second pour devenir membre de l’Association. Il est fort possible qu’il ait fait son stage chez Perrault, Mesnard & Venne, le plus prestigieux bureau d’architectes francophones de l’époque. Il devient officiellement membre de l’Association des architectes en janvier 1898 et ouvre son bureau dans Maisonneuve. Les premières années, son travail consiste en la conception de plans de maisons et de logements dans le quartier Hochelaga et Maisonneuve, dont pas moins de 50 résidences uniquement dans le secteur Viauville. En 1900, il est l’architecte désigné pour dessiner le plan du poste de pompiers Hochelaga, au 3254, rue Sainte-Catherine, tout juste à côté du parc Dézéry.

Une carrière en plein essor

Au début de sa carrière, son œuvre maîtresse est l’église Très-Saint-Nom-de-Jésus qu’il conçoit avec Albert Mesnard, son ancien patron. La construction s’espace entre 1903 et 1906 et la superficie du bâtiment est de 4 879 mètres carrés. La façade est de style Beaux-Arts en pierre grise. Elle comporte deux tours symétriques surmontées de clochers bulbeux remplacés en 1929 par des clochers à flèches dessinés par Joseph Sawyer, un associé de Charles-Aimé Reeves. On raconte qu’à l’époque, l’idée était de dépasser en hauteur les clochers de Très-Saint-Rédempteur. La façade comporte également plusieurs portes et fenêtres, une magnifique rosace, des fenêtres aveugles avec arcs en plein cintre.

Étroitement lié au développement de Maisonneuve, il devient, en 1902, inspecteur des bâtiments, puis plus tard architecte attitré de la Commission scolaire de Maisonneuve. Il sera donc l’architecte, entre 1906 et 1919 des écoles suivantes : École du Très-Saint-Nom-de-Jésus, École Saint-Paul-de-Viauville, Académie du Saint-Nom-de-Marie, Académie St-Clément, École Sainte-Jeanne-d’Arc, École Saint-Jean-Baptiste-de-LaSalle. Elles présentent plus ou moins les mêmes caractéristiques : influence du style Beaux-Arts, avant-corps, escalier monumental.

Une part importante du développement architectural de Maisonneuve

Il a peu œuvré dans les édifices publics de Maisonneuve. On lui doit cependant, en 1909, la construction du poste de pompiers #2, à l’angle des rues Ontario et Desjardins, aujourd’hui la maison de la culture Maisonneuve. Son action dans Maisonneuve ne se limite pas aux constructions résidentielles, scolaires ou religieuses. Il dessinera de nombreuses usines, principalement des manufactures de chaussures, mais également la National Licorice, rue de Rouen. Il laisse sa marque également dans le domaine culturel, puisqu’il est l’auteur du premier cinéma de Maisonneuve, le Readoscope, édifié en 1907 sur la rue Notre-Dame.

Par ailleurs, Reeves avait des ambitions politiques. Il tenta sans succès de se faire élire à titre de conseiller à Maisonneuve en 1901. Après l’annexion de Maisonneuve en 1918, la source de contrats se tarit dans cette ville. Il pratiquera principalement dans Pointe-aux-Trembles. Il habite d’abord sur la rue Létourneux, puis de 1906 jusqu’à sa mort en 1948, au 1891, boulevard Pie-IX, dans un bâtiment qui existe toujours. Il est inhumé dans le terrain familial de la famille Reeves au cimetière de Pointe-aux-Trembles. Le célèbre astrophysicien Hubert Reeves est le petit-fils de Charles-Aimé.

L’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve présentera une conférence sur le sujet à la bibliothèque Mercier, le dimanche 18 février à 14 h. Celle-ci sera donnée par M. Pierre Desjardins de l’Atelier d’histoire de Pointe-aux-Trembles. Tous les détails de l’événement ici