Avez-vous déjà entendu parler de l’initiative À livres ouverts? Inspiré de l’activité Bibliothèque vivante, cet événement national de lutte contre la stigmatisation en santé mentale prendra d’assaut 40 villes du 18 au 24 mars 2018. Cette année, la bibliothèque Maisonneuve ne fera pas exception!

L’idée est simple : offrir la chance aux citoyens d’entrer gratuitement en discussion avec des livres vivants, c’est-à-dire des personnes qui sont aux prises ou ont vécu des problèmes de santé mentale. Dans un cadre convivial, les participants seront invités à « emprunter » un livre pour une durée de 25 minutes. Dans une formule tête à tête, cinq histoires seront racontées.

Qui seront ces fameux livres? Les citoyens pourront écouter le parcours de Pierre, qui a lutté contre ses troubles d’anxiété en prenant action sur sa vie; de Maxine, schizophrène paranoïde qui s’est remise grâce à sa spiritualité; de Martin, qui a vécu de l’anxiété à la suite d’un accident de travail puis de la lutte pour la reconnaissance de ses droits; de Lucie, qui a appris qu’elle souffrait de dépression, d’anxiété et de personnalité limite à 60 ans, et de Francine, qui a souffert pendant 25 ans de dépression, d’anxiété et de T.O.C.

Selon Chafia Malki, bibliothécaire à la bibliothèque Maisonneuve, cette activité est très pertinente pour démystifier la maladie mentale. « Il y a encore beaucoup de préjugés. Souvent, les gens qui souffrent de problèmes de santé mentale sont écartés, et même isolés. Que ce soit par un livre papier ou vivant, c’est important de permettre aux gens de clarifier les différents aspects de la maladie mentale. »

Quand on sait qu’une personne sur quatre aura à faire face à des problèmes de santé mentale selon l’Organisation mondiale de la Santé, on réalise à quel point c’est important d’ouvrir le dialogue sur cette problématique. En présentant un éventail de livres, et donc d’expériences différentes, l’activité À livres ouverts ratisse large et dresse un portrait bien complet.

À livres ouverts, le 24 mars 2018 de 13 h à 16 h à la bibliothèque Maisonneuve (au rez-de-chaussée). Entrée libre. Pour toutes les informations, c’est ici.