À un moment ou l’autre de notre vie, nous avons tous déjà mis les pieds dans une bibliothèque pour emprunter, après des heures à flâner entre les rayons, des livres, revues et bandes dessinées qui allaient nous permettre de s’évader en mots pour les semaines à venir. Mais que représente le métier de bibliothécaire? Quelles sont leurs tâches? Quelles sont les activités sur lesquelles elles investissent temps et imagination? Découvrons-le ensemble en nous glissant dans la peau de Mélisa Péladeau de la bibliothèque de Mercier, à Montréal.

IMG_0413

La bibliothécaire Mélisa Péladeau en poste – crédit photo : gracieuseté bibliothèque Mercier

1. Dès ton plus jeune âge, avais-tu déjà dans l’idée de devenir bibliothécaire plus grande?

«Enfant, j’étais fascinée par ce lieu calme qui détonnait avec les couloirs bruyants de l’école. J’y passais mes récréations, et les livres que j’y ai découverts m’ont amené à étudier en littérature et à devenir libraire. C’est en lisant un article sur le métier que j’ai réalisé que j’avais tout ce qu’il fallait pour entreprendre la maîtrise en bibliothéconomie et science de l’information. J’ai donc mis du temps à découvrir ce métier, mais ces années d’études et d’emplois divers m’ont permis d’acquérir un bon bagage de connaissances générales nécessaires pour répondre aux diverses questions des usagers.»

2. Comment as-tu réussi à faire tes premiers pas dans ce métier, de ta recherche d’emploi à ton arrivée dans le milieu du livre?

«J’avais de l’expérience en tant que libraire et dix années en études littéraires. Suite à mon stage à la bibliothèque interculturelle, j’ai obtenu le poste de bibliothécaire jeunesse à la bibliothèque Mercier. Le parcours a été très simple pour moi. J’ai eu beaucoup de chance et j’ai obtenu un poste à ma première entrevue!»

3. Quel(s) aspect(s) aimes-tu le plus de ton métier?

«La satisfaction que notre établissement fasse une différence dans la vie des gens. Nous offrons plusieurs services qui sont toujours gratuits et qui peuvent être difficiles à obtenir ailleurs pour les citoyens. Que ce soit de l’aide aux devoirs pour les enfants du primaire ou des cours d’informatique pour les aînés.»

«Nos différents partenariats avec les organismes du quartier nous permettent de mettre en place plusieurs services qui ne sont pas toujours connus du public. Je pense, entre autres, au projet Aînés-conteurs qui, depuis 5 ans, permet aux services de garde en milieu familial du quartier de recevoir les services d’un bénévole de 50 ans et plus qui anime des heures du conte.»

«Les enfants qui bénéficient de ces activités intergénérationnelles sont mis en contact avec le livre et la lecture. L’éveil à la lecture et à l’écriture est l’un des aspects importants dans la préparation à l’école. Près d’une centaine d’enfants bénéficient du programme chaque mois grâce à notre partenariat avec La Maison des familles de Mercier-Est

«Quand les journées sont chargées, je pense à l’utilité de nos programmes et services et le soutien que la bibliothèque peut apporter.»

IMG_0415

La section Jeunesse – crédit photo : gracieuseté bibliothèque Mercier

4. Peux-tu nous décrire les différentes tâches du métier de bibliothécaire?

«Il y en a tellement! À la base de tout, il y a le service de référence. La bibliothécaire répond aux besoins d’informations des usagers. Que ce soit pour trouver un document sur un sujet en particulier ou pour trouver des services dans l’arrondissement.»

«Je sélectionne les documents jeunesse, tant au niveau des bandes dessinées, des romans que des DVD ou des jeux vidéo. Cette partie peut être plus ardue qu’elle en a l’air, notre budget étant limité et l’offre en librairie étant abondante.»

«Je gère la collection jeunesse. Il faut procéder à un élagage chaque année pour retirer les documents désuets, brisés ou simplement pour faire de la place! Nous achetons beaucoup de documents chaque année et certaines sections peuvent vite déborder. Nous repensons aussi l’aménagement et la classification. Nous sommes présentement à changer la classification et les cotes des bandes dessinées. Ce grand projet touche 6 000 documents et nous aura pris un an!»

«J’élabore les programmations d’automne, hiver et été, tant pour les jeunes que pour les adultes. Il faut contacter les animateurs, préparer les contrats, la publicité et les inscriptions. Il faut aussi s’assurer de la bonne tenue de l’événement, préparer la salle et rassembler les statistiques. J’en suis présentement à l’élaboration du Club de lecture d’été qui débutera bientôt

«J’anime aussi certaines activités telles que Carton et mots doux, une activité pour les enfants de 4 à 7 ans proposant histoires et bricolages.»

«En plus des activités pour le grand public, nous accueillons aussi des classes. Certaines reçoivent des heures du conte ou des ateliers comme Bibliothèque à la rescousse. D’autres ont besoin de thèmes et de titres précis que nous leur fournissons sur demande. Je gère aussi les partenariats avec d’autres organismes du quartier. Ces partenariats permettent d’augmenter notre offre de service à la population.»

«Il y a plusieurs autres tâches, j’en oublie sans doute. Aucune journée ne se ressemble!»

5. Au niveau des activités présentées, quels en sont les thèmes et quel public y est convié?

«Tous les thèmes peuvent être abordés. Il y a des activités pour tous les âges. Des heures du conte et activités de motricité pour les petits. Des ateliers scientifiques, artistiques ou ludiques pour les jeunes. Nous offrons des conférences pour les adultes. Il y en a tous les mois, de septembre à mai.»

«Nous avons eu des thèmes aussi variés que l’anxiété, l’histoire de l’Expo 67, les techniques de dégustation de bières. À l’automne prochain, nous aurons, entre autres, des conférences sur les lunchs écologiques, l’occultisme et une visite de la Scandinavie à travers ses polars.»

«Toutes ces activités et les dates d’inscription se trouveront dans la programmation d’automne disponible à la Bibliothèque.»

6. Combien y a-t-il d’employés à ton travail et quelles sont leurs fonctions à la bibliothèque Mercier?

«Nous sommes dix-sept employés. La chef de section, Sylvie Alix, est à la tête de notre bibliothèque. Elle gère les grands dossiers, comme les rénovations d’accessibilité universelle que nous avons eues en 2015. Nous sommes trois bibliothécaires directement au service aux usagers. En plus de nos dossiers et projets, nous offrons un service de référence. Les deux techniciennes en documentation s’occupent de la gestion matérielle des documents: élaborer les cotes et le classement, préparer les revues et les documents, et leur apposer un code barre ou une puce, lorsque nécessaire. Ce sont elles qui permettent aux documents d’apparaître dans le catalogue.»

«Les aides-bibliothécaires sont au nombre de onze. Elles sont les premières personnes que les usagers croisent en entrant dans la bibliothèque. Au comptoir, elles font le retour des documents et offrent du soutien aux bornes de prêts. Elles rangent les documents, ramassent les documents réservés, trient les documents en provenance des autres bibliothèques. Ce sont aussi les aides qui réparent les documents, changent les boîtiers brisés et vérifient le classement sur les rayons…»

7. Combien d’ouvrages les Montréalais peuvent-ils emprunter par visite et quel est le délai avant le retour?

«Chaque citoyen peut obtenir une carte sur présentation d’une preuve d’identité et d’adresse. Cette carte donne droit à un emprunt de vingt-cinq documents provenant de sa bibliothèque de quartier et de quinze documents supplémentaires provenant des autres bibliothèques du réseau, pour un total de quarante documents. Il y a cependant certaines limites, entre autres pour les DVD, jeux vidéo et nouveautés. Les prêts sont de trois semaines, sauf exception des DVD et des jeux vidéo qui sont empruntables pour 1 semaine. Tous les documents sont renouvelables trois fois s’ils ne sont pas réservés par un autre usager. Par contre, en raison de leur popularité, les jeux vidéo ne sont renouvelables qu’une seule fois.»

8. Est-ce que ce sont davantage les jeunes qui fréquentent les bibliothèques ou est-ce que le public est, règle générale, plutôt éclectique?

«Le public est très varié. Sur l’heure du dîner, nous avons beaucoup d’adolescents qui proviennent de l’école secondaire. Après l’école, les jeunes viennent faire leurs devoirs en groupe ou jouer et lire. Le soir, nous avons surtout des adultes qui étaient au travail durant la journée. Il y a des aînés et de jeunes familles en tout temps. Les adultes recherchent le calme ou ont besoin d’un ordinateur ou d’internet sans fil. Les familles et les jeunes y viennent pour s’amuser et passer du temps ensemble.»

IMG_0407

La bibliothèque Mercier – crédit photo : gracieuseté bibliothèque Mercier

9. D’après toi, qu’est-ce que les gens aiment lorsqu’ils fréquentent une bibliothèque?

«La bibliothèque est inclusive. Tout le monde peut s’y sentir chez soi et y trouver son compte. Les gens y sont de plus en plus autonomes. Ils font leurs propres recherches, leurs prêts et leurs réservations. Mais ils savent que nous sommes toujours là pour les aider ou les écouter. L’offre s’est démocratisée. Nous avons de belles collections de bandes dessinées, des mangas chez les adultes autant que chez les jeunes. Les DVD et les revues sont très populaires. Et le personnel est accueillant! C’est l’un des rares endroits où il n’y a pas de file d’attente, de numéro à prendre, où l’on obtient des réponses à nos questions et où il n’y a rien à acheter!»

10. Toi qui travailles tous les jours au milieu d’une tonne de livres, te considères-tu comme une grande lectrice? Si oui, quelles sont tes lectures coups de cœur du moment?

«Je lis tous les jours, mais parfois un peu trop pour le travail et pas assez pour moi. J’essaie de diviser mon temps entre les livres jeunesse et adultes. Chez les jeunes, j’ai particulièrement apprécié Quelques minutes après minuit de Patrick Ness (Gallimard), un roman à lire à partir de dix ans et qui traite du deuil et des leçons de la vie. Les illustrations m’ont beaucoup marquée. Le texte est très fort. Je le conseillerais à un adulte tout autant qu’à un jeune. En heure du conte, j’aime beaucoup raconter les aventures du Pigeon de Mo Willems chez Kaléidoscope. Ces histoires pleines d’humour conviennent autant pour les enfants de deux ans que ceux de première année. On peut faire participer les enfants et ils apprécient beaucoup!»

La bibliothèque de Mercier est située dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve au 8105, rue Hochelaga. Les heures d’ouverture sont de 11h à 17h les dimanches et lundis, de 11h à 20h les mardis et mercredis, de 10h à 18h les jeudis et vendredis, et de 10h à 17h les samedis.

Consultez la page Facebook de la bibliothèque pour ne rien manquer au https://www.facebook.com/bibliothequemercier !