La fièvre olympique gagne le monde, alors que les Jeux olympiques de Rio sont lancés. Dix éditions après ceux de Montréal, on se remémore dix faits que vous risquez de ne pas connaître au sujet des Jeux olympiques de 1976.

1) Le Stade olympique, devenu depuis un monument iconique de Montréal, a été conçu par l’architecte français Roger Taillibert.
En raison d’une grève des travailleurs de mai à octobre 1975, le mât du stade n’avait pu être complété à temps pour les Jeux. Voici de quoi avait l’air le stade à l’été 1976.

150416_nw2o0_stade-olympique-jeux-1976-2_sn635_source radio-canPhotoPC_Chuck Stoody

crédit photo: Presse Canadienne/Chuck Stoody

L’exposition « Le Parc olympique, une architecture à célébrer », qui se poursuit jusqu’au 8 janvier 2017 au Musée Dufresne-Nincheri, présente ainsi les innovations architecturales créées pour les Jeux. On peut y voir d’autres projets d’architecture sportive réalisés par Taillibert, notamment le Vélodrome de Montréal (maintenant reconverti et abritant le Biodôme), le Centre nautique de Deauville et le Stade du Parc des Princes à Paris.

2) Autre création architecturale distinctive: le Village olympique de Montréal. Composé des deux pyramides de béton où étaient logés les athlètes prenant part aux Jeux, les deux tours ont été depuis reconverties en logements pour les Montréalais. Les architectes responsables de sa création sont Luc Chartrand et Roger D’Astous.

3) Le centre sportif Étienne-Desmarteau, conçu pour les Jeux olympiques et datant de 1972, est nommé ainsi en hommage au premier Canadien français ayant remporté une médaille d’or aux Jeux olympiques, Étienne Desmarteau. L’athlète avait réussi l’exploit aux Jeux de Saint-Louis, dans l’état du Missouri aux États-Unis, en 1904 pour le lancer du poids.

27765817601_0b2f90f10d_o

crédit photo: Archives Montréal

4) Deux des bâtiments ayant joué un rôle important lors la tenue des Jeux olympiques, soit le Centre Pierre-Charbonneau et l’aréna Maurice-Richard, ont été construits dans les années 1950 afin de se préparer à une éventuelle tenue des Jeux, que Montréal espérait depuis les années 1920 avec le maire Camillien Houde. Un événement d’une telle ampleur, ça se planifie des décennies à l’avance!

2016-06-13 - 044 - 2258

crédit photo: Caroline Dostie

5) Montréal a été choisie comme ville hôte des Jeux olympiques de 1976 devant Moscou et Los Angeles. Les deux villes obtiendront leurs Jeux respectivement en 1980 et en 1984.

27229850074_8c0993ea66_o

crédit photo: Archives Montréal

6) Le logo des Jeux olympiques de Montréal, incluant à la fois les anneaux olympiques et un M pour Montréal, et faisant également un clin d’œil à la fois au podium et à la piste d’athlétisme, a été conçu par le graphiste Georges Huel et son équipe. M. Huel avait été remarqué pour son travail lors de l’expo 67, dont il avait signé plusieurs documents et affiches. La Ville de Montréal lui a ensuite confié le mandat de lui créer un logotype. Il crée donc l’identité visuelle que l’on connaît pour la ville en 1981, identité qui a depuis été rafraîchie mais dont on a conservé l’esprit.

27564102920_06fac9a91c_o

crédit photo: Archives Montréal

7) C’est à Montréal qu’a été décernée la première note parfaite en gymnastique à la Roumaine Nadia Comaneci, alors âgée de 14 ans, qui a remporté lors de son passage sept notes parfaites et trois médailles d’or.

2016-06-13 - 030 - 1157

crédit photo: Caroline Dostie

8) Parlant de médaille d’or, Montréal détient une autre première: elle est la première ville hôte de Jeux olympiques dont le pays n’en a remporté aucune.

9) Les Jeux olympiques de Montréal ont un film officiel, tourné par l’ONF et produit par le Comité international olympique (CIO). Pour faire Jeux de la XXIe Olympiade (1977), « l’ONF avait dépêché trente-deux équipes de tournage, comprenant cent soixante-huit personnes au total, dont trois réalisateurs, tous sous la supervision de Jean-Claude Labrecque, pour tourner des images durant les deux semaines de compétition, peut-on lire sur le site de l’ONF. Cinq semaines de visionnage avaient été nécessaires au monteur et à ses quatre assistants pour voir les deux cents heures de matériel tourné par les équipes! La première version du montage durait quatre heures et demie. Le film fera finalement deux heures. » Il est possible de le visionner par ici.

2016-06-13 - 033 - 1165

crédit photo: Caroline Dostie

10) Si vous trouvez les ressources déployées pour produire le film sur les Jeux olympiques impressionnantes, le nombre d’individus ayant contribué à la réussite des Jeux olympiques de Montréal vous donnera le vertige: pas moins de 20 000 personnes ont mis l’épaule à la roue, de mille façons possible. Journalistes, maçons, hôtesses, graphistes: ils sont à l’honneur dans l’exposition Les Bâtisseurs des Jeux olympiques de Montréal, que l’on peut voir à la maison de la culture Maisonneuve jusqu’au 30 septembre.

Vous en voulez plus ? Optez pour un parcours des plus olympiques grâce à ses trois expositions en cours à Montréal :

Les Bâtisseurs des Jeux olympiques
jusqu’au 30 septembre 2016 à la maison de la culture Maisonneuve

Souvenirs de 1976
jusqu’au 30 septembre à la Tour de Montréal

Le parc olympique, une architecture à célébrer
jusqu’au 8 janvier 2017 au Musée Dufresne-Nincheri

Visitez gratuitement l’exposition Les Bâtisseurs de Jeux olympiques durant le week-end du 13 et 14 août 2016 ! En plus d’accéder gratuitement à l’exposition, une programmation spéciale vous sera offerte durant tout le week-end, dont des visites guidées du quartier animées par l’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, des rencontres avec certains bâtisseurs et les membres de l’équipe de production de l’exposition, une conférence sur l’histoire de nos athlètes olympiques et d’autres activités culturelles qui se dérouleront à l’extérieur, sur la Patio culturel.

Pour plus de détails, visitez le lien suivant >